FR | EN

Français | English

samedi, 13 août, 2022

|

27.2 C
Bamako
33.4 C
Niamey
27.4 C
Ouagadougou

|

22:22

GMT

Mali : « L’année 2020 a été particulièrement éprouvante pour les populations »

La Commission nationale des droits de l’Homme (CNDH) a présenté, jeudi 12 août, son rapport annuel sur la situation des droits de l’Homme au Mali. Il passe en revue l’état des droits civils et politiques, des droits économiques, sociaux et culturels, les droits des personnes vulnérables, la situation carcérale et les condi­tions de détention ainsi que le droit à un environnement sain.

Dans le document, un accent particulier est mis sur la question de « l’esclavage par ascendance » dans la région de Kayes. Un phénomène qui « connaît une évolution inquiétante, en raison, notamment, de ses manifestations de plus en plus violentes qui ont conduit à des pertes en vie hu­maine, des atteintes à l’intégrité physique et morale, des atteintes au droit de propriété, de déplacés internes, etc. », souligne le rapport.

Selon la CNDH, « L’année 2020 a été particulièrement éprouvante pour les populations, marquée par des abus et violations graves des droits de l’Homme constitutifs d’atteintes aux droits à la vie et au respect de l’intégrité physique, à la liberté de presse, de manifestation, de cortège et de réunion, perpétrés, notamment au Centre et au Nord du pays ainsi que lors de la crise sociopolitique qui a abouti au départ du régime d’IBK et des événements subséquents. Ces abus et violations enregistrés sont en lien avec les conflits communautaires, la crise socio­politique et la pratique de l’esclavage par ascendance, entre autres. »

Parmi les recommandations formulées à l’endroit du gouvernement, figurent « la sécurisation des personnes et de leurs biens sur toute l’étendue du territoire national, l’adop­tion d’une loi réprimant l’esclavage et les pratiques assimilées, l’adoption d’une loi réprimant les VBG, le renforcement et l’amélioration des mécanismes de lutte contre la corruption et la mauvaise gouvernance… »

Ce rapport annuel est le troisième depuis l’adoption de la loi exigeant les principes de Paris, sur la situation des droits de l’homme au Mali.

Sahelien.com