FR | EN

Français | English

lundi, 16 mai, 2022

|

27.2 C
Bamako
32.6 C
Niamey
31.5 C
Ouagadougou

|

05:13

GMT

Mali: le récap de la semaine

Retrouvez ci-dessous, l’essentiel de l’information de la semaine du 24 au 30 avril 2022.

• A Sélingué, une directrice d’école a été assassinée, vendredi matin, dans son bureau, annonce le ministère de l’éducation nationale.

• La Haute Autorité de la Communication (HAC) a décidé du retrait définitif des autorisations d’établissement et d’exploitation de Radio France Internationale (RFI) et de France 24. Les deux chaînes sont également retirées de tous les «distributeurs de programmes audiovisuels et des plateformes et sites des fournisseurs d’accès internet et des opérateurs de téléphonie mobile.» Selon la HAC, « la décision du retrait définitif fait suite à des manquements relevés dans le traitement de l’information sur le Mali par ces deux organes depuis plusieurs mois. » Dans un communiqué, France Médias Monde a contesté la décision définitive de la suspension.

• Découverte de charnier à Gossi. Le procureur de la République près le tribunal militaire de Bamako annonce l’ouverture d’une enquête.

• Le Mali dénonce la violation de son espace aérien. Dans un communiqué publié le 26 avril dernier, le gouvernement indique avoir constaté, « depuis le début de l’année, plus de 50 cas délibérés de violation de l’espace aérien malien par des aéronefs étrangers, notamment opérés par les forces françaises… » Au cours d’un point de presse, jeudi, l’armée française a rejeté les accusations de violation de l’espace et d’espionnage.

• Sur l’axe Bandiagara-Bankass, (centre du pays), cinq soldats ont été tués et un autre blessé dans l’explosion d’une mine au passage de leur véhicule, lundi 25 avril. Ils faisaient partie d’une patrouille de sécurisation lancée suite à l’enlèvement d’un camion-citerne dans la zone. Jeudi, les populations de Bankass ont érigé des barricades sur cet axe pour protester contre l’insécurité.

• Tôt le dimanche 24 avril, des attaques simultanées ont visé trois camps de l’armée malienne notamment à Sévaré (région de Mopti), à Bapho et à Niono (région de Ségou). Les attaques menées par des « groupes armés terroristes (qui) ont utilisé des véhicules kamikazes bourrés d’explosifs ont fait six morts et vingt blessés dans les rangs de l’armée.