FR | EN

Français | English

vendredi, 03 décembre, 2021

|

29.2 C
Bamako
32.2 C
Niamey
32.1 C
Ouagadougou

|

19:32

GMT

Mali: le récap de la semaine

Retrouvez ici, quelques faits qui ont marqué l’actualité de cette semaine au Mali.

Suivi de la transition. Le dimanche 17 octobre, le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat de la Cédéao (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest) était à Bamako pour s’enquérir de l’état d’avancement du processus de transition. Le respect de la durée de la transition était au cœur des échanges.


Les Assises nationales de la refondation en décembre. Initialement prévue en novembre, la phase finale des Assises nationales de la refondation (ANR) aura lieu du 20 au 26 décembre prochain. Selon le communiqué du Conseil des ministres du mercredi 20 octobre dernier, « la tenue des Assises nationales de la Refondation est indispensable pour un diagnostic sans complaisance de la gravité et de la profondeur de la crise, de ses enjeux et des réformes globales à opérer. Il s’agira au cours de ces assises de tirer les leçons des pratiques de gouvernance et de proposer un nouveau pacte national de stabilité sociale, politique, sécuritaire et économique. Les Assises nationales de la Refondation ont un caractère décentralisé et se tiendront sur toute l’étendue du territoire et dans les pays de résidence des Maliens établis à l’extérieur. »


Des civils enlevés à Sikasso. Au moins quatre maliens travaillant pour une entreprise de BTP ont été enlevés, dans la nuit du 20 au 21 octobre à Blendio, dans le Cercle de Sikasso dans le sud du Mali.


Un chef terroriste neutralisé. Le jeudi 21 octobre 2021, l’état-major de l’armée française a annoncé avoir neutralisé Nasser al-Tergui, chef d’une katiba du Gourma affiliée à l’organisation Al Qaida au Maghreb islamique (Aqmi). Quatre autres membres ont été éliminés au cours de l’opération qui s’est le 16 octobre.


Dialogue avec les djihadistes : le gouvernement dément. Dans un communiqué lu à la télévision nationale, jeudi 21 octobre, le gouvernement indique avoir « appris par voie de presse, l’annonce de négociations entre l’État du Mali et les leaders de groupes armés terroristes. Le Gouvernement informe l’opinion publique nationale et internationale, qu’à ce jour, aucune organisation nationale ou internationale n’a été mandatée officiellement pour mener une telle activité. » Alors que la semaine dernière, « le ministre des Affaires religieuses, du culte et des coutumes était face aux membres du Haut Conseil Islamique du Mali pour expliquer les missions des bons offices entre les groupes radicaux », selon une information publiée, le 12 octobre, sur la page Facebook dudit ministère.

Evènement à venir

Une délégation du Conseil de sécurité de l’ONU attendue à Bamako. Selon le ministère des Affaires étrangères, cette mission qui aura lieu du 23 au 24 octobre s’inscrit dans le cadre des consultations régulières entre le gouvernement du Mali et l’Organisation des Nations unies depuis l’adoption en 2013 de la résolution 2100 (2013) du Conseil de sécurité créant la MINUSMA. « L’objectif principal de cette mission est d’évaluer la situation politique, sécuritaire, humanitaire, de droits de l’homme, de développement, du calendrier de la Transition ainsi que l’état de la mise en œuvre des mesures prioritaires de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger par les parties signataires ». Après l’étape de Bamako, la délégation du Conseil de sécurité de l’ONU se rendra à Niamey, au Niger.

Sahelien.com