FR | EN

Français | English

vendredi, 20 mai, 2022

|

36.2 C
Bamako
37.2 C
Niamey
33.2 C
Ouagadougou

|

00:15

GMT

Mali : plus de 100 morts dans le centre du pays, « on attend qu’une enquête soit ouverte pour situer les vrais auteurs », porte-parole de Dan na Amassagou

Le village d’Ogossagou, dans le cercle de Bankass, région de Mopti, a été attaqué tôt, ce samedi 23 mars par des hommes armés « non encore identifiés».

« Cette lâche attaque a fait plus de cent morts parmi les populations civiles », a indiqué le gouvernement dans un communiqué avant d’annoncer qu’une enquête est ouverte pour déterminer les circonstances de ces crimes.

Le village attaqué a servi de refuge à des centaines de déplacés peuls, selon l’association Jeunesse Tabital Pulaaku. Elle pointe le groupe d’autodéfense de chasseurs dogons Dan na Amassagou comme responsable de l’attaque.

« Ce qui s’est passé à Koulogon dans la même zone, la fois dernière, on a dit que c’était nous. Après l’arrestation de nos éléments et investigation, ils se sont rendu compte que ce n’était pas le cas. Là aussi, on attend qu’ils fassent des investigations et on demande qu’ils arrêtent les auteurs et qu’une enquête soit ouverte pour situer les vrais auteurs. Nous avons toujours signalé que c’est une zone totalement maîtrisée par Amadou Kouffa et c’est là qu’il vit actuellement. Nous avons toujours dit que nous respectons notre engagement de cessez-le-feu unilatéral », a indiqué le porte-parole de Dan na Amassagou, Marcellin Guengere, joint par Sahelien.com.

Cette attaque est survenue au moment où le Conseil de sécurité des Nations unies est en visite à Bamako. Le Conseil a condamné l’attaque de même que la Mission onusienne au Mali. « Nous condamnons dans les termes les plus fermes cette attaque inqualifiable », a déclaré François Delattre, l’Ambassadeur de France à l’ONU qui s’exprimait en tant que Président du Conseil de sécurité des Nations Unies lors d’une conférence de presse samedi soir à Bamako.

Ce type d’attaque est récurrent dans la zone ces derniers mois. Plusieurs villages ont été attaqués ou incendiés provoquant un déplacement massif des populations vers les grandes villes du pays comme Sévaré, Mopti et Bamako.

Sahelien.com