FR | EN

Français | English

mardi, 18 janvier, 2022

|

25.2 C
Bamako
24.2 C
Niamey
24.1 C
Ouagadougou

|

11:03

GMT

Niger : l’opposition monte au créneau après la prolongation des mandats des conseils municipaux

Dans un communiqué de presse rendu public mercredi 16 août, l’opposition politique réunie sous la dénomination du Front pour la Restauration de la Démocratie et la Défense de la République (FRDDR) s’est vertement prise au président de la République Issoufou Mahamadou.

Le FRDDR estime que «  la stratégie anti démocratique et anti nationale de Issoufou Mahamadou tendant à tirer en longueur les mandats des entités décentralisées n’est que des bricolages politico-juridiques qui l’ont conduit au parjure pour avoir refusé d’obtempérer à l’arrêt n° 002 / CC / ME du 07 mars 2017 de la Cour Constitutionnelle ordonnant la tenue de l’élection législative partielle de la circonscription ordinaire de Maradi ».

Toujours selon l’opposition politique, « le président Issoufou Mahamadou, au lieu d’attendre le sort que lui réservent les institutions de la République pour son parjure, passe à une vitesse supérieure en choisissant de manière outrageusement discriminatoire et en violation des dispositions de l’Ordonnance n° 2010-54 du 17 septembre 2010, portant Code Général des Collectivités Territoriales de la République du Niger, notamment en son article 177, de dissoudre l’ensemble des conseils de la seule région de Niamey ».

LIRE AUSSI :

Niger : les mandats des élus locaux prolongés à l’exception de ceux de la ville de Niamey

Face à un tel comportement, l’opposition s’indigne de « la dissolution des conseils d’arrondissement et de ville de la région de Niamey et rejette cette décision qui bafoue les principes élémentaires de l’expression de la volonté populaire et qui met en péril la cohésion de notre peuple ». Elle exige cependant, « la tenue de toutes les élections locales sur l’ensemble du territoire national ».

Contacté par Sahelien.com, M. Aboubacar Mohamed, un incontestable soutien du parti du président Issoufou, affirme que «  l’opposition politique du Niger délire tout simplement. Elle ne sait finalement quoi dire et quoi faire. On lui concède ces gémissements ».

Ibrahim Manzo Diallo