FR | EN

Français | English

vendredi, 03 décembre, 2021

|

29.2 C
Bamako
32.2 C
Niamey
32.1 C
Ouagadougou

|

19:59

GMT

Reprise des cours à Tombouctou: ce qu’il faut savoir

Les élèves en classes d’examen ont repris, mardi dernier, le chemin de l’école après plusieurs semaines de fermeture à cause de la maladie à coronavirus.

Avant la fermeture des classes, les enseignants étaient en grève. Elle se poursuit toujours dans les établissements publics. « Il y a manque de professeurs. Certains élèves viennent à l’école et partent sans rien faire. Nous étudions avec les enseignants volontaires. Ils ne sont pas nombreux avec certains professeurs titulaires. C’est le seul problème que nous avons ici », indique Ibrahim Handane, élève à Tombouctou. « Nous sommes en manque de désinfectants. Il a été dit qu’on doit mettre du gel hydro-alcoolique dans chaque classe mais on n’en a pas. Il faut aussi désinfecter nos classes, au moins trois fois par semaine » ajoute Nana Fatouma.

Face à la progression de la covid-19 dans la région de Tombouctou, la sensibilisation se poursuit dans les classes. « Hier, nous avons parlé de la maladie à coronavirus parce que c’est un thème qui nous a été donné par l’académie d’enseignement de Tombouctou. C’est une leçon modèle. Ce qu’il faut retenir, c’est de les sensibiliser à une prise de conscience de l’existence de la maladie parce que bon nombre d’entre eux pensent que c’est politisé, d’où l’inexistence de la maladie. Mais ce n’est pas le cas », explique Abbas Cissé, enseignant volontaire.

A Goundam, à 81 km  de Tombouctou, la reprise des cours est effective mais les élèves n’ont pas encore de masques de protection. « On a pu réussir la réouverture. On a exprimé les besoins au département en matière de kit de lavage des mains, de savons et de gel hydro-alcoolique qui ne sont pas encore obtenus », Mahamane Touré, directeur du centre d’animation pédagogique de Goundam.

Dans les classes visitées, la limitation des effectifs à 25 élèves est respectée.

Sidi Yahiya Wangara, Almoudou M. Bangou, Sory Kondo