FR | EN

Français | English

samedi, 04 décembre, 2021

|

35.2 C
Bamako
34.2 C
Niamey
35.1 C
Ouagadougou

|

13:36

GMT

Tombouctou/Crépissage de la mosquée de Djingareyber: une tradition qui se perpétue

Le traditionnel crépissage de la mosquée de Djingareyber, construite en 1325 à Tombouctou, s’est déroulé dimanche 9 août dernier.

En plus de réunir des centaines de personnes, les travaux de crépissage sont des moments de joie et de fête dans la « ville aux 333 saints ». « Tous les Tomboucticiens se retrouvent pour faire ce chantier citoyen dédié à la grande mosquée de Djingareyber », indique Abba Alassane, un participant aux travaux. « Chaque année, on se rencontre pour faire cette grande fête qui honore la ville de Tombouctou et qui permet aux gens de perpétuer ce travail qu’on est en train de faire pour que les autres générations puissent s’en inspirer », ajoute Abdramane Ben Essayouti, Imam de la grande mosquée de Tombouctou.

Cette année, ce grand rendez-vous tant attendu par les habitants de Tombouctou a lieu dans un contexte marqué par la pandémie de Covid-19. « On ne pouvait pas rassembler avant l’hivernage à cause de la maladie à coronavirus à Tombouctou. On voulait attendre après l’hivernage mais, on a constaté dès les premières pluies, qu’il y a eu beaucoup de dégradation sur la mosquée. On a préféré le faire pendant l’hivernage. C’est un évènement religieux, festif et social », a expliqué El Boukhari Ben Essayouti, chef de la mission culturelle de Tombouctou.

Chaque année, ces travaux se font afin de protéger des intempéries, cette mosquée inscrite sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1988.

Sidi Yahiya Wangara, Sory Kondo