FR | EN

Français | English

mardi, 18 janvier, 2022

|

18.2 C
Bamako
16.2 C
Niamey
19.1 C
Ouagadougou

|

10:16

GMT

Vigilantisme dans l’État de Niger : l’armement des groupes d’autodéfense par le gouvernement fonctionnera-t-il ?

Par Hauwa Shaffii Nuhu

LAPAI TOWN, Nigéria – Le 17 janvier 2021, vers 2 heures du matin, des hommes armés soupçonnés d’être membres d’une bande criminelle non encore identifiée ont attaqué le Government Science College à Kagara, dans l’État du Niger. Bien que leur identité reste inconnue, il y a des spéculations selon lesquelles ils sont membres de certains groupes locaux qui suivraient les traces de Boko Haram.

L’enlèvement de Kagara n’est pas le premier enlèvement massif ou kidnapping dans l’État du centre-nord ces derniers temps. Peu de temps auparavant, un bus transportant 53 personnes dans le village de Kundu avait été détourné et tous ses occupants enlevés. Ils ont été libérés environ deux semaines plus tard. Les enlèvements et les meurtres solitaires ont lentement infiltré l’État, en particulier des villes comme Mariga, Lapai, Kagara et Lavun.

En octobre 2020, les attaques sont devenues si fréquentes qu’elles ont submergé la police et les forces de sécurité locales. Dans une tentative désespérée de réduire l’insécurité dans certaines des villes touchées, le gouvernement de l’État du Niger s’est tourné vers des groupes d’autodéfense connus sous le nom de ‘Yan Banga dans le nord du Nigéria. Ce terme, traduit du haoussa, signifie « membres du vigilantisme ». Ces groupes sont généralement constitués d’hommes jeunes et d’âge moyen, souvent des chasseurs, qui reçoivent de très faibles indemnités de la part du gouvernement. Malgré les risques possibles, cette stratégie a été relativement efficace.

La fréquence des attaques a remarquablement diminué depuis que les groupes d’autodéfense ont commencé leurs opérations, selon les habitants de certaines des zones touchées. Les groupes civils auraient neutralisé une quarantaine de « bandits » au cours d’un seul affrontement à Kutigi, et d’autres ont été arrêtés et remis à la police à Mariga et Lapai. Cependant, de nombreuses zones restent vulnérables.

« Les groupes d’autodéfense ont été utiles, en particulier dans toutes les zones de gouvernement local de la zone A de l’État du Niger où le banditisme est endémique », a affirmé Sadiq Mustapha, un habitant de la ville de Lapai. Le gouvernement de l’État a suivi une initiative du gouvernement local, a-t-il expliqué. « Avant même que le gouvernement de l’État du Niger n’intervienne et ne donne des moyens aux groupes d’autodéfense, le président de la zone gouvernementale de Lapai les avait déjà armés de fusils et d’autres armes », a précisé Mustapha.

« Avant que les activités de banditisme ne s’intensifient, il y avait ce système de sécurité traditionnel local qui était en place à Lapai depuis des années, fondé par le conseil de l’émirat », a expliqué Mustapha. Ces dernières années, cependant, les attaquants ont acquis des armes plus sophistiquées et ont pris le dessus sur le système de sécurité traditionnel. « Mais lorsque le président et le gouvernement de l’État ont commencé à leur donner des moyens, ainsi qu’aux groupes ‘Yan Banga et aux chasseurs, nous avons constaté une nette amélioration », a-t-il ajouté.

Jusqu’à présent, les groupes n’ont pas violé la loi, bien qu’ils soient en activité depuis l’année dernière. Même si, pour l’instant, les groupes d’autodéfense posent peu de problèmes, les expériences vécues dans l’État de Borno et au Burkina Faso sont édifiantes. Dans les deux cas, les groupes se sont à un moment donné retournés contre l’État pour mener des attaques violentes, en utilisant des armes qui leur avaient été confiées par le gouvernement.

Des vigiles locaux se tiennent sur la route Enugu-Nimbo dans l’État d’Enugu, au sud-est du Nigeria, le 4 août 2016. Photo prise le 4 août 2016. REUTERS/Akintunde Akinleye

L’État de Borno, dans le nord-est du Nigéria, a employé des groupes d’autodéfense pour combattre Boko Haram. Ces groupes ont été accusés de se retourner contre les villages vulnérables et de les attaquer avec des méthodes presque aussi horribles que celles utilisées par Boko Haram. Le Burkina Faso a donné le pouvoir à des groupes d’autodéfense – connus localement sous le nom de Kolweogo – lorsque la sécurité s’est détériorée à la suite de la révolution de 2014 dans le pays et de la tentative de coup d’État ratée du général Gilbert Diendéré en 2015. Les Kolweogo ont depuis été accusés de certains des pires crimes du pays et, dans certains cas, ont agi davantage comme des milices ethniques que comme des citoyens soucieux de la sécurité.

Selon les experts, même si l’autonomisation des groupes civils peut constituer une solution de sécurité à court terme, cette politique n’est ni durable ni bénéfique pour les États à long terme. Bulama Bukarti, avocat spécialisé dans les droits de l’homme et chercheur en résolution de conflits, a déclaré que les groupes d’autodéfense de l’État du Niger pourraient eux-mêmes devenir une menace pour la sécurité.

« Selon la loi sur les armes à feu, vous ne pouvez pas autoriser ou fournir des armes à des civils ou même à des groupes d’autodéfense, sauf si, par exemple, le président donne son autorisation. Et d’après ce que nous savons de l’État du Niger, ils n’ont pas pris contact avec le gouvernement fédéral pour obtenir cette licence », a souligné M. Bukarti, estimant que la circulation d’armes à feu sans licence pourrait créer d’autres problèmes en aval.

Même lorsque les armes sont distribuées légalement, leur présence pourrait également créer une toute autre menace. « En particulier parce que nous avons vu, par exemple, dans des endroits comme l’État de Zamfara, que les groupes d’autodéfense ont agi de manière extraconstitutionnelle lorsque les Hausas en leur sein ont commencé à chasser les Fulanis dans les communautés », a déclaré Bukarti à Sahelien.com.

Il y a peu d’indices sur le lieu et la manière dont les groupes connus sous le nom de « bandits » ou de « terroristes » à l’origine des attaques, se procurent leurs armes, mais certains rapports indiquent un trafic d’armes le long de la frontière poreuse entre le Nigéria et le Niger. Lors de l’attaque du Govern Science College, ils auraient tué un élève et enlevé 42 personnes au total. Les otages ont été libérés une semaine plus tard.

Selon M. Bukarti, les groupes d’autodéfense auront besoin d’armes plus sophistiquées pour faire face aux hommes armés qui mènent les attaques.

 « Je ne pense pas que le plan de l’État du Niger – celui que j’ai entendu – soit viable, surtout si les criminels disposent d’armes telles que les AK-47, les mitrailleuses à usage général et les RPG, et surtout si les groupes d’autodéfense ne reçoivent pas d’armes équivalentes à celles des criminels  » , a-t-il martelé.

Abdullahi Umar Evuti, conseiller spécial principal du président du gouvernement local de Lapai, a affirmé que le gouvernement forme les groupes d’autodéfense avant de les armer.

« Nous sommes conscients que les groupes d’autodéfense ont un problème de renseignement, et c’est pourquoi nous leur donnons une formation en matière de renseignement avant de les armer et de les laisser agir. Cette formation leur apprend à connaître les lois et même à gérer les affaires civiles, car ils sont plus proches des localités et des gens. Ils ne sont pas non plus indépendants ; avant de partir en opération, ils font d’abord un rapport à la police. Et ensuite, ils doivent rendre des comptes à la police. Ils ne sont pas non plus autorisés à exécuter les délinquants », a expliqué  Evuti à Sahelien.com.

Selon Evuti, avant de faire appel à des justiciers, le président du gouvernement local de Lapai a d’abord cherché à renforcer la police nationale en parlant avec l’ancien inspecteur général de la police. L’IGP a envoyé 80 membres des forces de police, qui comptent sur les groupes d’autodéfense, qui connaissent mieux la région, pour les guider.

Idris Ibrahim, membre de l’un des groupes d’autodéfense qui participe à des opérations actives depuis environ trois mois, a expliqué que même s’ils sont toujours accompagnés par la police lors de leurs missions, les miliciens sont beaucoup plus nombreux que les policiers et sont généralement plus enclins à les devancer.

« En général, nous n’attendons pas que les bandits attaquent, nous les recherchons dans leurs cachettes et les capturons. Parce que lorsqu’ils attaquent, il y a forcément des victimes », confie Ibrahim à Sahelien.com. « Il y a trois semaines, nous avons été informés qu’ils étaient sur le point d’attaquer un village. Le temps que nous arrivions au village, ils étaient déjà partis. Mais heureusement, ils n’ont fait de mal à personne », a-t-il ajouté.

Evuti, le conseiller principal du président du gouvernement local de Lapai, a indiqué que l’attaque la plus récente a eu lieu il y a trois semaines, avec une vingtaine de criminels attaquant la ville. Cependant, seuls trois des 20 étaient armés de fusils. « Cela montre qu’ils sont à court de munitions car les groupes locaux ont réussi à les désarmer lors des précédentes attaques », a-t-il indiqué.