Un avion s’est écrasé sur la ligne Ouagadougou-Alger

L’épave de l’avion d’air Algérie a été retrouvée au mali à cinquante kilomètre de la frontière du Burkina, a affirmé le chef d’Etat-major particulier de la présidence du Faso dans une annonce faite vers 15 heures GMT le jeudi 24 juillet.

L’avion a disparu des radars 50 minutes après son décollage de l’Aéroport international de Ouagadougou dans la nuit du 23 au 24 juillet.

L’avion survolait le territoire malien quand le pilote a voulu modifié sa trajectoire en raison d’un orage et d’un risque de collision avec un autre avion. Les conditions météorologiques pourraient être à l’origine du crash, selon la même déclaration.

L’avion, un MD 83, avait à son bord 116 passagers de plusieurs nationalités dont 24 burkinabè un malien 51 français et les 6 membres d’équipage espagnols. Un comité de crise est installé à l’aéroport de Ouagadougou pour prendre en charge les parents des victimes. Des parents dont certains sont en pleurent d’autres tétanisés par l’angoisse pour manque d’information.

Ci-jointe la déclaration du gouvernement burkinabé suite au crash de l’avion.

Depuis ce matin 24 juillet 2014, le Burkina Faso se trouve confronté à ce qu’il convient de qualifier de la plus grande tragédie de son histoire aéronautique. En effet, un avion de type MD 83 affrété par la compagnie Air Algérie effectuant le vol n°AH 5017 reliant Ouagadougou à Alger, avec à son bord 110 passagers et 06 membres d’équipage, a perdu le contact avec les services de contrôle de la navigation aérienne.

Selon la liste communiquée par la représentation de la compagnie au Burkina Faso et après recoupements des talons des tickets d’embarquement à l’aéroport international de Ouagadougou, 110 passagers et 06 membres d’équipage étaient à bord dont 28 burkinabè.

Dès l’annonce de la tragédie, le gouvernement a activé une cellule de crise au Centre des opérations d’urgences (CDOU) sis à l’aéroport international de Ouagadougou où les familles et les proches des victimes sont pris en charge aux plans psychologique, social et médical.

Notre dispositif de recherche et de sauvetage actionné de concert avec ceux du Mali, du Niger, de l’Algérie en collaboration avec celui de la France au Nord Mali a permis de recueillir des témoignages et des indices concordants.

Deux aéronefs spécialisés dans les recherches ainsi qu’un hélicoptère ont été mobilisés par notre pays.

Ces équipes ont, aux environs de 18 h 40 GMT, localisé l’épave en territoire malien à une cinquantaine de kilomètres de nos frontières.

Le gouvernement burkinabè présente sa compassion aux familles des victimes.

A toutes ces nations, éplorées par ce drame, le gouvernement renouvelle sa solidarité et dit toute sa disponibilité à assister les familles dans ces instants douloureux.

Des numéros verts ont été mis en place, le 79 12 00 43 et le 75 68 21 59 et le gouvernement invite par conséquent, toutes les personnes concernées à entrer en contact avec la cellule de crise pour avoir toutes les informations nécessaires sur la suite des évènements

Par décret présidentiel, Son Excellence Monsieur le Président du Faso invite toute la nation à observer un deuil de 48 heures pour compter de demain vendredi 25 juillet 2014 à partir de 06h00 du matin.

Pour le Gouvernement du Burkina Faso
Son Excellence Beyon Luc Adolphe TIAO
Premier Ministre, Chef du Gouvernement

PARTAGER