Mali : onze pays rendent hommage à la fillette albinos Ramata

« En hommage à Ramata Diarra, la petite fille albinos tuée à Fana au Mali, le 13 mai 2018 », c’est l’intitulé d’un ouvrage collectif de 109 poèmes retenus pour cette première édition. Le lancement a eu lieu, ce samedi 24 novembre à Fana, une localité située à 127 kilomètres de la capitale malienne.

Ce livre qui découle de l’initiative de l’association la Voix du Mali, regroupe la plume de plusieurs auteurs issus d’une dizaine de pays. Il est préfacé par l’ancien Premier ministre Moussa Mara.

« Quand j’ai lancé ce cri de cœur sur les réseaux sociaux, à ma grande surprise beaucoup de gens ont répondu à l’appel. Quel honneur ce fut pour moi de le réaliser. Au-delà du Mali, d’autres pays y ont contribué notamment : le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Congo, l’Algérie, la France etc. » précise Aicha Diarra, présidente de l’association la Voix du Mali.

Mettre fin à l’assassinat des albinos

Les initiateurs de ce projet indiquent que l’objectif de ce livre va au-delà d’un simple hommage à Ramata. Il vise aussi à mettre fin à l’assassinat des albinos, défendre leur droit, sensibiliser et engager des débats et des actions sur la question.

Un exemplaire de l’ouvrage et une enveloppe symbolique ont été remis aux parents de la défunte. 70% des revenus issus de la vente de l’ouvrage seront versés à la famille. Le délégué et griot de la famille éplorée a, pour sa part, remercié tous ceux qui ont œuvré pour cette noble cause.

Moussa Mara, quant à lui, a plaidé pour la justice : « la famille de Ramata mérite notre assistance de tous les temps, personne ne peut mesurer la douleur de cette atrocité. (…) La famille a besoin de la justice ». Et d’ajouter que « cette initiative prouve que les jeunes du Mali sont capables de penser aux jeunes maliens. »

Le sous-préfet, Bénéna Mounkoro, a saisi l’occasion pour rappeler les avancées judiciaires de l’affaire Ramata Diarra. « Beaucoup de suspects ont été arrêtés, il faut que la population collabore… l’Etat ne reculera pas », a-t-il souligné.

Un slam dédié à Ramata a été déclamé par Mariam Keita, une albinos de l’association des slammeurs Jeunesse Art.

Sory Ibrahim Maïga, Stagiaire

PARTAGER