FR | EN

Français | English

dimanche, 04 décembre, 2022

|

26.2 C
Bamako
29.2 C
Niamey
29.9 C
Ouagadougou

|

08:53

GMT

Centre du Mali: “Des frappes aériennes françaises ont tué plusieurs personnes lors d’un mariage” (habitants)

C’est toujours des interrogations, quatre jours, après la mort d’au moins 19 personnes suite à des frappes aériennes à Bounti dans le cercle de Douentza (région de Mopti).

Depuis dimanche, les autorités maliennes n’ont pas encore réagi pour situer l’opinion. Selon les témoignages recueillis par Sahelien.com, les frappes se sont déroulées, dans l’après-midi du dimanche 3 janvier lors d’une cérémonie de mariage à Bounti. “Il n’y avait pas de femmes parmi les victimes, car il s’agit d’une zone rouge tenue par les djihadistes. Ils n’autorisent pas les hommes à se rassembler avec les femmes pour les mariages. Donc le groupe de femmes célébrait à 300 mètres plus loin. Les villageois respectent les consignes des djihadistes pour éviter les représailles. Ce n’était qu’un groupe d’hommes et d’adolescents qui a été visé… mais le marié est vivant”,  affirme un villageois.

De son côté, l’armée française a annoncé, hier mardi, avoir ciblé des terroristes, rapportent les médias français. Une «patrouille d’avions de chasse» de Barkhane a bien été effectuée «dimanche aux environs de 15 heures» après une «opération de renseignements de plusieurs jours», souligne le journal Libération qui a interrogé le porte-parole de l’état-major des armées.

Dans un communiqué rendu public, ce mercredi, Médecins Sans Frontières (MSF) a indiqué avoir pris en charge « huit blessés graves suite à des bombardements sur les villages de Bounty et Kikara », dans le centre du Mali, le dimanche 3 janvier 2021. « Après avoir été avertis par des habitants de la présence de blessés ayant besoin de soins médicaux urgents, MSF a appuyé les autorités locales en envoyant deux véhicules pour référer les blessés vers le centre de santé de référence de Douentza. Après avoir été avertis par des habitants de la présence de blessés ayant besoin de soins médicaux urgents, MSF a appuyé les autorités locales en envoyant deux véhicules pour référer les blessés vers le centre de santé de référence de Douentza », précise la note.

Sahelien.com