FR | EN

Français | English

vendredi, 21 juin, 2024

|

33.2 C
Bamako
37 C
Niamey
34.9 C
Ouagadougou

|

13:01

GMT

Le récap’ Sahel de la semaine en 7 infos

Le récap de la semaine du 31 juillet au 4 août est dominé par la situation politique au Niger suite au coup d’Etat du 26 juillet dernier.

Retrait de la MINUSMA : une table ronde sur le transfert des tâches

Dans le cadre du retrait définitif d’ici le 31 décembre prochain, la Mission onusienne et les autorités maliennes échangent depuis mardi, sur le transfert des tâches. Elles comprennent entre autres, le soutien au processus de paix, à la transition politique et à la stabilisation des régions du Centre, la restauration de l’autorité de l’Etat, la protection des civils.

•  Le Mali et le Burkina solidaires avec le Niger

Au lendemain des sanctions de l’UEMOA et de la CEDEAO contre le Niger, suite au coup d’Etat, les gouvernements de transition du Burkina Faso et du Mali, ont dans un communiqué conjoint, « refusé d’appliquer ces sanctions jugées illégales, illégitimes et inhumaines. » Ils ont, par ailleurs, mis en garde contre une intervention militaire de la CEDEAO.

C’est dans ce contexte qu’est intervenue la visite, au Mali et au Burkina Faso, d’une délégation militaire nigérienne conduite par le général Salifou Mody. Les échanges ont notamment porté sur la situation au Niger et la coopération sécuritaire entre les trois pays.

Le CNSP dénonce des accords militaires avec la France

Dans un communiqué lu, jeudi soir, à la télévision nationale, les nouvelles autorités ont dénoncé plusieurs accords militaires conclus avec la France, notamment le « stationnement » du détachement français et le « statut » des militaires présents dans le cadre de la lutte antiterroriste. Il a également été mis fin aux « fonctions » d’ambassadeurs du Niger au Nigéria, au Togo, aux Etats-Unis et en France.

Evacuations d’occidentaux

Face à la situation politique au Niger, la France a organisé l’évacuation de ses ressortissants et de plusieurs autres nationalités.

La diffusion de RFI et France 24 interrompue

Une semaine après le putsch, la diffusion des programmes des chaines françaises RFI et France 24 a été interrompue au Niger, dénonce le groupe France Médias Monde, dans un communiqué.

Situation au Niger : option militaire et dialogue

La situation politique au Niger est au centre d’une rencontre des chefs d’état-major de la défense de la CEDEAO depuis mercredi à Abuja au Nigéria. Cette réunion intervient à la suite de la session extraordinaire des Chefs d’Etat de l’organisation tenue le 30 juillet dernier. La CEDEAO a fixé un ultimatum d’une semaine au CNSP pour libérer le président Bazoum et restaurer l’ordre constitutionnel. Parmi les décisions prise, l’organisation régionale n’exclut pas « l’usage de la force ».

Au même moment, une délégation de la CEDEAO était arrivée jeudi à Niamey dans le but d’obtenir le retour à l’ordre constitutionnel par le dialogue.

Le président renversé dit être « pris en otage »

Dans une tribune publiée, jeudi, dans le journal américain le Washington Post, le président renversé Mohamed Bazoum, dit être « pris en otage » par une partie de l’armée depuis le 26 juillet.