FR | EN

Français | English

vendredi, 03 décembre, 2021

|

29.2 C
Bamako
32.2 C
Niamey
32.1 C
Ouagadougou

|

19:17

GMT

Les électeurs débutants sur la démocratie ghanéenne

Photographies et texte de Misper Apawu

Les Ghanéens se sont rendus aux urnes le 7 décembre pour voter aux élections présidentielles et parlementaires. Le président sortant Nana Akufo-Addo a battu son rival John Dramani Mahama avec 51,59 % des voix contre 47,36 % pour Mahama.

Mahama a rejeté les résultats, disant qu’ils étaient « les résultats fictifs d’une élection défectueuse ». Les élections au Ghana ont lieu tous les quatre ans depuis 1992, et depuis lors, le pays a acquis une réputation de précurseur de la démocratie.

Ici, des électeurs qui votent pour la première fois à Accra partagent leurs expériences et les raisons de voter lors des élections présidentielles et parlementaires de 2020 au Ghana.

« Je n’ai aucune raison de voter, si ce n’est que c’est mon droit et mon devoir en tant que Ghanéen. Même si c’est ma première fois, je crois qu’il y a de la transparence. Je ne peux pas prévoir que cette élection va changer ma vie, ce sont les mêmes vieilles politiques. En comparaison avec d’autres pays africains, je pense que le Ghana a prouvé que nous sommes le radar de la démocratie. »

– Mariam, 19 ans

« Je ne voulais pas qu’on montre mon visage car mon mari sera surpris de voir que je suis allée voter. J’avais promis de ne jamais voter mais je pense que le système ne fonctionne pas comme prévu, j’ai donc décidé de sortir pour la première fois depuis l’âge de 18 ans pour voter en faveur du changement. L’élection ne s’est pas déroulée en ma faveur, donc je ne pense pas qu’elle ait changé ma vie de manière positive. Il y a trop de corruption partout, le système ne fonctionne pas. Certains pouvoirs doivent être retirés au président, comme celui de nommer les commissaires électoraux, sinon notre réputation de démocratie sera ternie. »

– Sadia, 42 ans

« C’est ma responsabilité civique de voter en tant que citoyen, même si j’étais inquiète pendant le processus. Je pense que la pratique de la démocratie dans la plupart de notre continent est terrible, c’est pourquoi notre pays est considéré comme un modèle. Il existe un dicton qui dit que « Au pays des aveugles, celui qui n’a qu’un œil est roi ». »

– Ramatu, 18 ans

« J’ai voté parce que je veux que Nana Addo garde le siège. Mais si cela ne va pas en sa faveur, je n’aurai pas de problème car l’opposition promet également de rendre l’éducation supérieur gratuit. L’élection ne me touchera pas personnellement car j’ai déjà bénéficié de leur politique de gratuité de l’éducation secondaire supérieur. Notre réputation de modèle de démocratie est bien méritée. Si l’on considère l’histoire politique du pays et de la région dans son ensemble, le Ghana se démarque globalement en ce qui concerne les questions liées à la gouvernance et au leadership démocratiques. »

– Elijah, 18 ans

« J’étais enthousiaste à l’idée de voter pour la première fois afin de participer à la prise de décision en tant que citoyen. J’ai voté en raison de la politique de gratuité du lycée. Auparavant, la file d’attente me faisait peur, mais cette fois-ci, j’ai pu voter dans les cinq minutes. Je suis fière de l’avoir fait. Ma vie va changer, mais pas instantanément. Lorsque mes enfants commenceront à bénéficier de la politique de gratuité du lycée, les frais de scolarité diminueront. Nous avons eu des élections réussies depuis 1992 jusqu’à aujourd’hui et il y a eu des transitions pacifiques pendant cette période, je crois donc que tous les yeux sont tournés vers nous. « 

– Naomi, 28 ans

« Le processus a été rapide et en moins de dix minutes, j’ai pu voter. Le bureau de vote était calme et cela a renforcé ma confiance. Tout d’abord, c’est mon droit de vote, j’ai voté en fonction de la politique de Free SHS. Je n’en suis pas bénéficiaire, mais je sais que beaucoup de gens auront la chance d’aller à l’école gratuitement. Personnellement, les résultats des élections ne changeront pas ma vie, je ne vois aucune de leurs politiques qui me bénéficiera directement. Je crois que notre réputation en matière de démocratie est bien méritée car les citoyens peuvent avoir leur mot à dire sans être intimidés. »

– Phenihas, 20

« J’ai voté parce que j’aime John Dramani Mahama, et surtout, j’aime la légalisation des okadas (motos) qu’il a promise lorsqu’il arrive au pouvoir. Pour l’instant, je ne peux pas dire que l’élection va changer ma vie. Il est trop tôt pour en parler mais nous espérons que tout ira bien. La réputation du Ghana en tant que modèle de démocratie est bien méritée jusqu’à ce que le président de la commission électorale récemment élu lors des élections de 2020 ternisse cette réputation que nous avons depuis des années. Les erreurs commises dans la déclaration sapent l’intégrité de notre démocratie et communiquent un fort sentiment de faiblesse dans notre système électoral. »

– Salamatu, 23 ans

« Même si j’étais confiant, les procédures étaient confuses au départ. J’ai eu l’assistance d’un officier du bureau de vote. J’ai voté parce que j’en ai le droit. Je pense que cette élection va changer ma vie car j’ai des frères et sœurs qui bénéficieront de la politique de gratuité du lycée, ce qui allégera la charge de soutien de mes parents pour payer leurs frais de scolarité. Nous sommes le modèle de la démocratie parce que nous avons le droit d’avoir notre mot à dire en tant que citoyens, qui n’est pas le cas dans d’autres pays du continent. »

– Emmanuel, 22 ans

« J’ai été orienté et briefé en tant qu’agent de bureau de vote. Cela m’a donné beaucoup de confiance pour exécuter correctement mes tâches et participer à un processus de vote pacifique. Ma famille est affiliée à un parti politique et cela a une énorme influence sur décision en tant qu’électeur débutant ; j’ai voté parce que j’appartiens à ce parti. Je ne pense pas que cette élection va changer ma vie, car nous avons fait l’expérience de cette gouvernance pendant quatre ans et je ne vois rien de nouveau venir à bord. La partisannerie a pris le dessus sur le système. Nous aurions maintenu notre intégrité mais nos institutions ne fonctionnent pas. »

– Philippe, 23 ans

« Je n’étais pas du tout timide, car je crois en moi pour suivre les instructions au bureau de vote. J’avais juste envie de voter, mais j’espère que John Mahama va gagner, parce que pendant son mandat, le niveau de vie était meilleur. Je me sens triste en ce moment, je ne crois pas que ma vie va changer. C’est pourquoi j’ai voté pour le changement, mais malheureusement, cela n’a pas eu lieu. Je pense que notre réputation de modèle de démocratie s’effrite peu à peu. Chacun s’est mis avant le bien-être de la nation. Nous sommes tous égoïstes et corrompus. Il n’y a plus de patriotisme. »

– Hawa, 26 ans