FR | EN

Français | English

mardi, 15 juin, 2021

|

30.2 C
Bamako
39.2 C
Niamey
35.1 C
Ouagadougou

|

16:10

GMT

Les programmes anti-pauvreté de l’administration Buhari ne fonctionnent pas

Par Olakunle Ologunro

Il y a deux ans, Foluke Akinosho*, une petite commerçante de 63 ans qui vend des produits alimentaires dans le quartier de Mushin à Lagos, au Nigéria, a reçu un prêt TraderMoni de 20 000 N pour soutenir son activité. Le processus était simple : elle a inscrit son nom et son numéro de téléphone, et après confirmation de ces détails, l’argent a été transféré sur son compte bancaire. Il n’y avait qu’un seul problème : le prêt était trop faible pour acheter quoi que ce soit de valeur réelle et n’avait aucun impact sur son activité.

Lorsque le vice-président nigérian Yemi Osinbajo a lancé le programme Trader Moni en 2018 en fanfare et avec des séances de photos, il a salué le projet comme une bouée de sauvetage financière qui permettrait aux petits commerçants et aux artisans de sortir de la pauvreté. « [TraderMoni] est un moyen pratique d’aider les commerçants nigérians qui travaillent dur et qui se trouvent au bas de l’échelle mais qui aspirent à faire des affaires plus grandes et meilleures », a-t-il déclaré. Et pour un pays comme le Nigéria, où plus de 40 % de la population totale vit en dessous du seuil de pauvreté, TraderMoni semblait être un coup de pouce bien nécessaire.

TraderMoni est géré par le bureau du vice-président et administré par la Bank of Industry dans le cadre du programme GEEP (Government Enterprise and Empowerment Programme) du gouvernement fédéral. Le prêt est conçu comme un système pyramidal dans la mesure où les commerçants commencent à partir de 10 000 N et peuvent obtenir jusqu’à 100 000 N en remboursant chaque prêt. Le premier prêt est de 10 000 N. Une fois qu’il a été remboursé, le trader peut prétendre à un deuxième prêt de 15 000 N. Après avoir remboursé ce montant, le commerçant peut prétendre à un prêt de 20 000 N, puis de 50 000 N et enfin de 100 000 N. Ces prêts sont sans intérêt.

À première vue, TraderMoni semble être une bonne initiative micro-économique, c’est pourquoi les artisans et les petits commerçants comme Akinosho ont demandé à en bénéficier. Mais les prêts n’ont eu que peu ou pas d’impact sur les entreprises ou les niveaux de revenus des emprunteurs, ce qui révèle la faiblesse de l’impact de l’initiative. « Le prêt était trop petit pour avoir un impact sur l’entreprise. Elle ne pouvait même pas acheter un carton de marchandises. Une bonne partie du prêt a été dépensée en nourriture », explique Akinosho.

Cet échec peut être attribué à un certain nombre de facteurs. Tout d’abord, le moment du lancement du dispositif a coïncidé avec la période de campagne de l’élection présidentielle de 2018, ce qui a conduit les gens à croire qu’il s’agissait d’un stratagème pour s’assurer les votes des personnes appartenant à la démographie du marché. Plutôt que de répondre à un besoin réel, certains pensent que le véritable objectif de TraderMoni était de créer un récit de l’administration Buhari-Osinbajo comme étant active et à l’écoute des besoins du public.

« Ils  [ le vice-président et le gouverneur de l’État d’Oyo de l’époque, Abiola Ajimobi ] sont venus pendant la période de campagne, a déclaré à Sahelien.com Kafayat Ileseanmi*, un commerçant du marché de Bodija, à Ibadan. Ils sont même venus avec des vedettes de cinéma et nous ont convaincus du prêt. Il y avait une très grande foule, mais même là, seuls quelques-uns d’entre nous ont obtenu le prêt ».

Certains commerçants ont critiqué la manière dont les prêts TraderMoni ont été distribués. Après l’apparition d’Osinbajo et les séances de photos, dans la plupart des États, le décaissement n’a pas été entièrement supervisé, ce qui a permis aux agents de TraderMoni de facturer aux bénéficiaires un pourcentage des prêts avant le décaissement. Dans certains cas, les commerçants sont facturés à partir de 200 N ou jusqu’à 1000 N. En outre, la partialité et les relations jouent également un rôle dans l’attribution du prêt. Si vous connaissez quelqu’un qui est chargé du décaissement, vous avez plus de chances d’obtenir le prêt qu’un autre commerçant qui ne connaît aucun agent ou n’a aucune relation.

Ces raisons expliquent en partie pourquoi un grand nombre de commerçants ont déclaré qu’ils n’étaient pas intéressés par le remboursement des prêts. Face à la dévaluation et à l’inflation constantes du naira, les prix des marchandises ne cessent d’augmenter et il n’y a que peu de choses qu’une entreprise peut acheter avec 10 000 naira. Il n’y a pas non plus de structures en place pour faciliter le remboursement et le recouvrement des prêts. De nombreux commerçants considèrent le programme comme un programme ponctuel de retrait d’argent.

Selon Sadiya Umar-Farouq, ministre des affaires humanitaires, de la gestion des catastrophes et du développement social, le Government Enterprise and Empowerment Programme (GEEP) a accordé des prêts allant de 10 000 à 300 000 N aux commerçants. Bien que cela semble impressionnant, les histoires des commerçants prouvent le contraire.

« L’idée générale [du TraderMoni] est que nous voulons nous assurer que nous apportons tout le soutien nécessaire aux personnes pour soulager leurs entreprises », a déclaré M. Osinbajo. Mais avec la façon dont il est actuellement géré, TraderMoni est loin d’atteindre son objectif principal de réduction de la pauvreté et d’augmentation des revenus. Le programme manque de durabilité et, à long terme, il disparaîtra sans qu’aucun impact réel n’ait été enregistré.

« Les prêts à taux réduits sont importants pour apporter un soulagement économique aux commerçants du marché, a expliqué Macdonald Ukah, économiste chez Kainos Edge Consulting Limited, à Sahelien.com. Mais avec TraderMoni, ce que le gouvernement aurait dû faire d’abord, c’est identifier et résoudre certains des défis structurels auxquels sont confrontés les commerçants du marché ».

*Les noms avec astérisques ont été modifiés pour protéger l’identité des personnes citées.