FR | EN

Français | English

jeudi, 20 janvier, 2022

|

21.2 C
Bamako
19.2 C
Niamey
19.1 C
Ouagadougou

|

01:55

GMT

Mali : à Mopti, des manifestants disent « non » aux tueries dans la région

Quelques dizaines de personnes ont exprimé leur ras-le-bol, mercredi 12 juin, dans l’après-midi, à l’entrée de la ville.

Pancartes, papiers en main, ils ont scandé « Nous voulons la paix dans la région de Mopti », « Plus jamais ça » devant l’hôtel où logeait le ministre de la Défense qui est sur place depuis hier.

« Nous sommes sortis parce que nous sommes fatigués de voir nos parents vivre ces genres de tragédie. Ce sont nos parents qui ont été tués dans le Cercle de Bandiagara », a déclaré un manifestant. Et d’ajouter : « Nous ne pouvons pas comprendre qu’on nous interdise d’entrer ou de sortir de la ville à partir de 18h. Aussi, on ne peut plus circuler à motos. Nos parents Bozo ne peuvent plus venir se faire soigner alors que ces mêmes engins sont utilisés encore pour massacrer les gens. Nous ne pouvons plus accepter ça ».

Ce sit-in intervient après l’attaque contre le village de Sobane Da, dans la Commune rurale de Sangha (Cercle de Bandiagara), dans la nuit du 09 au 10 juin dernier. Le bilan de 95 morts précédemment annoncé a été revu à la baisse. Il a été ramené à 35 (11 adultes et 24 enfants) ont annoncé les autorités.

« Tirant les leçons de ce drame », le Conseil des ministres réuni en session ordinaire, ce mercredi, « a procédé à la révocation du gouverneur de la région de Mopti », peut-on lire dans le communiqué final.

Un deuil de trois jours a été décrété à compter du jeudi 13 juin sur toute l’étendue du territoire national en hommage aux victimes de l’attaque.

Sory Kondo, Ousmane Koita