FR | EN

Français | English

vendredi, 20 mai, 2022

|

34.2 C
Bamako
34.2 C
Niamey
32.1 C
Ouagadougou

|

01:34

GMT

Mali: au moins 36 femmes siégeront au Conseil national de transition

Sur les 121 futurs membres de l’organe législatif de la transition au Mali, au moins 36 seront des femmes. C’est ce que nous retenons des calculs sur la base de la loi 052 du 18 décembre 2015 dont le président de la transition exige l’application dans le choix des conseillers.

Le décret fixant la clé de répartition du Conseil national de transition (CNT) entre les composantes de la société est rendu public depuis hier mardi. Les 121 conseillers seront issus de 19 organisations. Le décret 0143 de la présidence de la transition réserve quatre sièges aux groupements de femmes dans le CNT. Les femmes ne vont pas se contenter seulement de quatre représentes au sein de l’organe législatif.

Toutes les autres composantes devront respecter le quota de 30% de genre sur leur liste de candidature. C’est une exigence du décret 0142 fixant les modalités de désignation des membres du Conseil national de transition. L’article trois du décret est on peut plus clair. « La représentativité des femmes est une obligation pour toutes les composantes ».

Avec cet article donc, onze composantes qui ont droit de 3 à 5 sièges au CNT doivent avoir au moins une femme sur leur liste de candidature. Il s’agit des représentants des groupements de jeunes, les mouvements signataires de l’accord pour la paix, les mouvements de l’inclusivité, les organisations de défense des droits de l’homme, les personnes vivant avec un handicap, les représentants des centrales syndicales, les confessions religieuses, les chambres consulaires, les autorités traditionnelles, les faitières de la presse et les faitières des arts et de la culture.

La loi 052 impose au moins deux femmes à cinq composantes qui ont un quota de 6 à 8 sièges à l’Assemblée nationale de la transition. Il s’agit du M5-RFP, les Maliens de l’extérieur, les syndicats libres et autonomes, les ordres professionnels. Avec respectivement 11 et 9 sièges, les partis politiques et les organisations de la société civile auront chacun trois femmes parmi leurs représentants au CNT.

Les forces de défense et de sécurité qui seront représentées par 22 membres au CNT, devront désigner au moins 7 femmes.

En somme, plus de 36 femmes vont siéger au Conseil national de transition grâce à la loi de 2015 portant la promotion du genre aux postes nominatifs et électifs. Cette même loi avait permis l’élection de 41 femmes à l’Assemblée nationale en avril dernier.

M. A. Diallo