FR | EN

Français | English

vendredi, 03 décembre, 2021

|

29.2 C
Bamako
32.2 C
Niamey
32.1 C
Ouagadougou

|

20:12

GMT

Mali: plusieurs maisons menacées d’effondrement à Gao

De mai à septembre 2020, les inondations au Mali ont fait au moins 16 morts et plus de 52.000 sinistrés, selon le Bureau des Affaires humanitaires de l’ONU (OCHA-Mali).

Au quartier Sossokoïra à Gao, Bilal Ag Ogazit et sa famille sont sains et saufs mais leurs biens sont détruits par les eaux. « On a commencé à dîner lorsque les premières gouttes ont commencé. Pour nous, ça allait passer. Et brusquement, c’est devenu de grosses gouttes. Quand on était à l’intérieur, je sentais du bruit et l’eau tombait très fort. Je suis sorti, j’ai dit à la famille que je ne fais pas confiance à la maison et je les ai mis à l’abri. D’un coup, la maison s’est écroulée », indique cet ancien guide touristique.

Selon Yacouba Mahamadou Maïga, 2e adjoint au maire de Gao, beaucoup de maisons sont menacées d’effondrement si la pluie continue. « Heureusement qu’on tend vers la fin de l’hivernage sinon, on trouvera Gao à terre. Toutes les maisons de Gao sont en en danger sauf celles en dur. Le sol est mouillé. Notre chance, c’est que la fin de l’hivernage approche mais, s’il y a deux ou trois pluies encore, Gao serait sur un terrain vide.

Il y a quelques jours, la municipalité a été dotée d’engins de la part de citoyens pour faire face à la situation. « On parle de changement climatique mais on n’y a jamais cru. On voit aujourd’hui que le changement climatique nous rattrape. Il faut qu’on change de comportement, il faut qu’on revienne à la prévision. Le tractopelle peut nous permettre de faire des caniveaux et des collecteurs. C’est de notre responsabilité de partir à l’exécution de ce besoin de la population. Quelque part, je demande aussi à la population de nous accompagner en payant les taxes qui nous permettent de mettre du carburant, de réparer l’engin, de payer les géomètres qui doivent faire les tracés, donc il faut la participation collective », ajoute M. Maïga.

Cette année, plus de 121 300 personnes, dont 44% vivant dans les régions de Kayes, Gao et Mopti, sont à risque d’inondations, selon les projections du plan de contingence national.

Sory Kondo, Abdoulaye Gozane Diarra