FR | EN

Français | English

dimanche, 24 octobre, 2021

|

29.2 C
Bamako
29.2 C
Niamey
29.1 C
Ouagadougou

|

09:33

GMT

Présidentielle au Niger : les défis sont nombreux

Par Omar Hama Saley

Plus de 7 millions de Nigériens sont appelés aux urnes, ce dimanche 27 décembre, pour élire leur président parmi les trente candidats en lice. Les défis qui attendent le futur président sont nombreux.

La campagne a pris fin le vendredi 25 décembre et s’est déroulée dans un climat politique tendu. L’opposition regroupée au sein de la coalition pour l’alternance (CAP 20-21) conteste l’authenticité du certificat de nationalité de Mohamed Bazoum, candidat du parti au pouvoir, le Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS). « Il est désormais établit que le candidat du parti au pouvoir n’a pas prouvé sa nationalité ni par son identité propre, ni par l’origine de ses parents et qu’à l’état actuel, il ne saurait prétendre à la magistrature suprême du Niger » avait déclaré Amadou Boubacar Cissé, candidat et porte-parole de l’opposition au cours d’un meeting.

Après une requête de l’opposition au motif de manquements graves dans l’établissement des pièces d’état civil du candidat Bazoum, la plus haute juridiction en matière constitutionnelle et électorale dit qu’il n’y a rien de solide et de sérieux autour de cette requête. « Le dernier arrêt de la Cour suprême met définitivement fin à leurs vaines illusions. Il va leur falloir m’affronter sur le terrain. Ils prétendent qu’ils sont plus Nigériens que moi, on va le voir le 27 décembre », a répondu le candidat du parti au pouvoir lors d’un meeting.

Des acteurs de la société civile attirent l’attention des hommes politiques sur la nécessité de trouver un consensus pour la réussite des élections. Pour Elhaji Idi, vice-président de l’Alliance pour la paix et la sécurité au Niger, le pays n’a pas besoin d’une crise post-électorale. « On a suffisamment des problèmes d’insécurité, il y a la misère, les gens ne vont pas à l’école, la santé c’est un problème, la gouvernance est catastrophique, on n’a pas besoin d’une autre crise résultant des élections », prévient Elhaji Idi.

Situation sécuritaire précaire

Les attaques des groupes djihadistes sont fréquentes dans l’ouest du pays, dans la zone des trois frontières (Niger, Mali, Burkina Faso). Trois régions du pays sont  toujours sous état d’urgence (Diffa,Tillaberi et certains départements de la région de Tahoua).

Deux semaines avant la présidentielle, ont eu lieu les élections municipales et régionales. Le vote n’a pas se tenir dans plusieurs localités à cause de l’insécurité comme à Toumour, dans la région de Diffa, où 27 personnes ont été tuées la veille du double scrutin. Joint par le correspondant de Sahelien.com à Niamey, le gouverneur  de Diffa, Issa lamine, s’est dit indigné par la recrudescence de la violence. « Notre pays a encore été la cible des terroristes alors que nous sommes en plein processus électoral. Dans la ville de Toumour et aussi dans d’autres localités sous état d’urgence, les populations ne peuvent pas voter ».

Le 21 décembre dernier, une patrouille de l’armée nigérienne est tombée dans une embuscade tendue par un groupe terroriste à 56 kilomètres de Ouallam (région de Tillabéri) faisant 7 morts dans les rangs de l’armée selon une source militaire. La question sécuritaire est donc l’un des défis à relever par le futur président nigérien. « S’agissant du plan sécuritaire qui fait davantage de dégâts, on espère que les nouvelles autorités sauront mettre à la disposition de l’armée des armements nécessaires ainsi que la formation requise et s’assurer de la sécurité de la population, non seulement, en milieu urbain, mais aussi en milieu rural », souligne Mariama Hamani Djbo, chargée de la scolarisation de la jeune fille à l’ONG Femmes et action au développement.

En terme d’enjeu, selon le politologue Souley Aji, « c’est de pouvoir résoudre la situation sociale qui se dégrade. La sécurité n’est pas assurée dans beaucoup de régions, de l’est à l’ouest où on a assisté à plusieurs déplacements des populations. Il y a une situation sociale dramatique qui est complexifiée par le fait que les attaques ne s’arrêtent pas y compris les camps de réfugiés et déplacés sont attaqués par les groupes djihadistes

Selon un bilan officiel, 200 soldats nigériens ont été tués dans plusieurs attaques au Niger depuis le début de l’année 2020 après celle d’Inates, le 10 décembre 2019 qui a fait 71 morts. L’année 2020 a enregistré une vingtaine d’attaques terroristes à travers le pays  dont la plus sanglante à Chinagoder, le 9 janvier où 89 militaires ont perdu la vie.

Parmi les attentes, Mariama Hamani Djbo « espère que le nouveau gouvernement va davantage investir dans l’éducation car, ce sont les hommes éduqués qui peuvent construire une nation. Egalement sur le plan sanitaire, des efforts ont été fournis par le gouvernement sortant mais nous en espérons davantage, notamment, dans les milieux ruraux où jusque-là, les femmes peinent à accéder aux centres de santé de qualité pour certains besoins spécifiques.

Dix jours après les élections municipales et régionales, la Commission nationale indépendante (CENI) a proclamé les résultats provisoires issus de ces élections. Ainsi, le parti au pouvoir, le PNDS Tarayya est en tête. Il obtient  le plus grand nombre de sièges de conseillers municipaux 1.799,  suivi du parti de l’ancien président Mamadou Tandja, le MNSD, 358 sièges et du MPR Jamhuriya d’Albadé Abouba, 356 sièges.

Le Moden Fa Lumana, parti de l’opposant  Hama Amadou (celui dont la candidature a été invalidée par la Cour constitutionnelle en raison de sa condamnation). arrive en 4e position et s’empare de la capitale Niamey avec 268 sièges.

Comme les élections municipales et régionales du 13 décembre dernier, la présidentielle se déroule dans un contexte marqué par la recrudescence de la maladie à coronavirus surtout dans la capitale Niamey.

*Réalisé avec le soutien du Programme Sahel de l’IMS, financé par DANIDA.

PS: Aux sites d’information et portails, Sahelien.com n’autorise pas la reprise intégrale des articles. Merci de diriger vos lecteurs par le biais du lien de redirection pour lire le reste du papier. Dans le cas contraire, Sahelien.com se réserve le droit de poursuivre devant les tribunaux compétents.