Burkina Faso : Le général Zida toujours dans le viseur de la justice

La justice a fait le point des dossiers des violentes manifestions de fin octobre 2014 et du putsch avorté du 16 septembre 2015, hier mercredi, à Ouagadougou.

C’était au cours d’une conférence de presse animée conjointement par le procureur du Faso près le tribunal de grande instance de Ouaga, Maiza Sérémé, et le commissaire du gouvernement près le tribunal militaire, le commandant Alioun Zanré.

Un an après la transition, l’ex n°2 de la garde prétorienne de Blaise Compaoré qui avait géré la transition est rattrapé par la justice de son pays.

En exil au Canada, le général Isaac Yacouba Zida pourrait être extradé pour son implication présumée dans la sanglante répression qui a causé la chute de Blaise Compaoré.

Plus de 30 personnes ont été tuées et 600 autres blessées, au cours des journées insurrectionnelles de fin octobre 2014.

Le procureur a indiqué que jusqu’à présent, Yacouba Isaac Zida n’a pas été entendu.

«La Commission d’enquête a eu des difficultés. Elle est passée par le ministre de la Défense, par sa boîte mail, par convocation par voie d’huissier, mais le général Zida n’a jamais répondu», a-t-elle confié.

Selon elle, au cours de l’instruction, le juge lui avait envoyé une convocation à laquelle il n’a pas réagi.

Un autre général et fidèle de Blaise Compaoré, Gilbert Diendéré, pourrait lui être situé sur son sort, selon le commandant Alioun Zanré. Il est l’auteur du coup d’Etat manqué du 16 septembre 2015 contre la transition.

Son procès est prévu au plus tard pour janvier prochain.

PARTAGER