Niger : L’état d’urgence à nouveau prolongé à Diffa

L’état d’urgence en vigueur depuis février 2015 dans la région de
Diffa, au sud-est du Niger, a été prorogé pour trois mois par le
gouvernement, hier mercredi 27 avril, à l’issue du Conseil des
ministres.

« La situation sécuritaire dans la région de Diffa reste encore
préoccupante avec un niveau de menace assez élevé dû aux attaques de
la secte Boko Haram nécessitant la prise de mesures d’urgence »,
indique le communiqué. Le projet de loi sera transmis à l’Assemblée
nationale pour adoption.

Selon le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR),
en janvier dernier, environ 100 000 personnes ont fui leurs foyers
dans la région de Diffa, lors d’attaques commises par des insurgés de
Boko Haram.

« Il y a souvent des mouvements à l’interne, d’un village à un autre
pour des raisons de sécurité », a indiqué Mahamadou Guidé du HCR,
contacté par Sahelien.com

L’accès aux soins devient difficile dans la région. Selon le Bureau de
la coordination des affaires humanitaires de l’ONU, les structures
sanitaires sur place couvrent environ 40% de la population de la
région.

Les autorités sanitaires appuyées par les partenaires humanitaires ont
initié des cliniques mobiles pour permettre aux populations locales,
aux réfugiés et personnes déplacées, généralement regroupées sur des
sites éloignés des formations sanitaires de bénéficier d’une
assistance sanitaire.

C’est depuis le 6 février 2015 que les localités de Bosso et Diffa,
frontalières du Nigeria, subissent des attaques du groupe terroriste
Boko Haram, qui ont coûté la vie à plusieurs civils et militaires
nigériens.

PARTAGER