Niger : l’opposition déplore une mauvaise organisation des élections

Ce dimanche 21 les nigériens ont répondu au rendez-vous devant les urnes pour le premier tour des élections présidentielles et législatives.

Les électeurs sont sortis massivement et tout s’est passé dans le calme. Mais initialement prévu pour 08 heures, la majorité des bureaux de vote ont été ouverts, vers 09H,voir même 12H, a constaté les correspondants de sahelien.com sur le terrain, à Niamey comme à l’intérieur du pays.

C’est à l’hôtel de ville de Niamey que le président sortant Mamadou Issoufou candidat a sa propre succession a mis son bulletin dans l’urne pour ce premier tour de la présidentielle, couplée au législatives.

« De toutes les façons, il y’aura qu’un seul vainqueur et ça sera le Niger » a déclaré le président sortant après avoir voté

Son principal challengers, Seyni Oumaou, a lui aussi salué la sérénité dans laquelle se déroulent ces élections. Il émet tout de même des inquiétudes à propos certains problèmes techniques.

« Dans beaucoup de localités, les matériels n’ont pas été acheminés à temps » déplore le candidat de MNSD Nassara

A Agadez, on note une insuffisance des bulletins de vote à Iferouane pour la députation des partis CDS Rahama, MNSD Nassara, PNDS Tarayya , MODEN FA Lumana , UDR Tabat et CPR Ingatchi. Même dans la commune de Dabaga, Adebissanat et Tabelot.

Selon le président de la CENI régionale d’Agadez, Moustapha Ibrahim, ce problème est dû à l’insuffisance des bulletins envoyés par la CENI nationale. Des solutions ont été envisagées pour un ravitaillement rapide en bulletins dans ces différentes localités avec aussi la possibilité de repousser l’heure de la fermeture des bureaux de vote dans ces localités.

En dépit de ces difficultés, les opérations ont démarré dans le calme avec une forte présence des électeurs qui, parfois, étaient là bien avant les membres du bureau.

Le début de la campagne électorale a connu quelques tensions surtout entre les partisans L’opposant Hama Amadou, candidat du parti LUMANA FA toujours en prison, et ceux du président sortant Mamadou Issoufou. Mais Samedi, la communauté internationale, lors d’une réunion des coordinations des observations, a constaté un pays calme à la veille de ces élections.

PARTAGER