Niger : Un an après les émeutes anti-Charlie, musulmans et chrétiens vivent en harmonie

Près d’un an après les violentes manifestations à Zinder et à Niamey, contre le journal français Charlie Hebdo, la cohésion et l’harmonie renaissent entre les différentes communautés religieuses au Niger.

Pour montrer leurs mécontentements, suite à la une de Charlie Hebdo qui caricaturait le Prophète Mohamed (PSL), des manifestants se sont acharnés sur les lieux de cultes chrétiens, à la mi-janvier 2015.

Même les domiciles de certains citoyens de confession chrétienne n’ont pas été épargnés. « On a perdu notre maison et notre église. Tout est parti en flammes et je vous assure que ce n’était pas facile », témoigne Fatouma Moctar.

Aujourd’hui, bien qu’elle ait tourné cette page tragique, Mme Fatouma n’arrive pas à comprendre de quoi on accusait les chrétiens de Niamey, pour une histoire qui s’est passée à Paris.

« C’était une persécution parce que nous n’avons rien fait. Si ce n’est pas au moment de ces attaques, moi je ne sais même pas qui est Charlie Hebdo. Je n’ai jamais d’ailleurs entendu parler de ce Charlie » s’étonne-t-elle, avant d’ajouter : « actuellement le Seigneur nous a guéri »

Selon le pasteur Sabo de l’église protestante des Assemblées de Dieu de Yantala (un quartier de Niamey), déjà quelques jours après ces émeutes, la communauté chrétienne a fait une déclaration où elle pardonne les manifestants pour les actes de violence.

« Je crois que ce pardon a eu un impact parce que les gens ont réalisé que quelque chose de honteux a eu lieu, car on ne connaissait pas cela au Niger. On était habitué à coexister pacifiquement avec les musulmans », se réjouit le Pasteur.

De son côté, la communauté musulmane du Niger s’est aussi engagée à faire en sorte que des incidents pareils ne se produisent plus entre musulmans et chrétiens dans le pays.

Malame Sabiou, l’iman du quartier Dan Gao, rassure ses compatriotes. « Je suis voisin à une église, je suis né à côté d’une église, on a jamais eu de violence entre nous entre les enfants de chrétiens et musulmans. Il n’y a pas de problème entre nous ». Selon lui, cette affaire de Charlie Hebdo, n’est qu’une histoire politique.

« Le Nigérien n’a jamais détruit un lieu de culte de qui que ce soit dans ce pays. Mais moi je vous dis c’est l’attitude du gouvernement qui a fait en sorte que les jeunes ont attaqué. En réalité, ce ne sont pas les musulmans qui sont responsables de ceux qui sont allés détruire ces lieux des cultes » précise, Mahamane Sani, un jeune nigérien.

Ces manifestations ont eu lieu quelques jours seulement après la participation du président Mahamadou Issoufou à la grande marche de soutien suite à l’attaque du journal Charlie Hebdo le 7 janvier, à Paris.

Les émeutes ont fait dix-morts et plusieurs blessés à Niamey et à Zinder. Une vingtaine de lieux de cultes et églises chrétiens ont été incendiés.

PARTAGER