FR | EN

Français | English

jeudi, 29 septembre, 2022

|

25.2 C
Bamako
28.2 C
Niamey
25.1 C
Ouagadougou

|

02:45

GMT

Mali: la Cédéao lève son embargo et appelle à soutenir le pays

Les relations économiques sont désormais rétablies entre le Mali et les autres pays de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao). En réaction du coup d’Etat militaire du 18 août, l’organisation sous régionale avait mis le Mali sous embargo partiel. Elle annonce aujourd’hui la fin de la punition.

Depuis le 20 août 2020, le Mali était sous embargo de la Cédéao suite au coup d’Etat. Les frontières étaient fermées et les activités économiques interrompues. Dans une déclaration rendue publique, ce mardi 6 octobre, l’organisation, a annoncé la levée des sanctions contre le Mali.

Les chefs d’Etats et de gouvernement de la Cédéao se réjouissent de la nomination d’un président civil de la transition et d’un Premier ministre également civil. Aussi, ils acceptent la version officielle de la Charte de transition dans laquelle est précisée que le vice-président de la transition est chargé de la sécurité et de la défense. Aussi, la Cédéao se félicite du retrait des dispositions permettant au vice-président de remplacer le président de la transition et la fixation de la durée de la transition à 18 mois.

« Prenant en compte ces avancées notables vers la normalisation constitutionnelle et pour soutenir ce processus, les chefs d’Etat et de gouvernement décident de la levée des sanctions sur le Mali. Ils appellent tous les partenaires bilatéraux et multilatéraux à soutenir le Mali », plaide, Nana Addo Ankwa Akufo-Addo, président de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Cédéao.

L’organisation demande aux nouvelles autorités de la transition de mettre en œuvre rapidement les autres décisions du sommet en particulier la libération de tous les officiels militaires et civils arrêtés depuis le 18 août et la dissolution du Comité national pour le salut du peuple (CNSP). Cette décision intervient quelques heures après la nomination des membres du gouvernement de transition qui compte 25 membres dont quatre femmes.

M. A. Diallo